Comprendre le système endocannabinoïde

COMPRENDRE LE SYSTEME ENDOCANNABINOÏDE

Posté le 17 avril 2020 par Cédric Cc.

______________________ 

Découvert il y a tout juste un trentaine d’année, le système endocannabinoïde (ECS) est le système biologique le plus important dans le corps humain pour notre survie. Il est de loin le le plus complexe, un système unique en plusieurs dimensions. Il régule toutes les molécules dans chaque cellule de notre corps (dopamine, sérotonine, ocytocine, cortisol, insuline, GABA, etc). C’est notre régulateur, il garde tous les systèmes sous contrôle.
Il a la capacité à jouer un rôle essentiel dans le maintien de l’homéostasie du corps humain, qui englobe le cerveau, les organes, les tissus conjonctifs, les glandes, le système endocrinien et le système immunitaire. Il régule l’esprit, le corps et l’âme. Des troubles de l’humeur aux problèmes de santé, l’ECS réparera le problème si vous le nourrissez. Les déséquilibres à long terme dans l’ECS (appelés «déficit clinique en endocannabinoïdes» ou CED) ont été impliqués dans une liste croissante de troubles, notamment la fibromyalgie, le syndrome de fatigue chronique, les migraines, le syndrome du côlon irritable, les coliques infantiles, le glaucome, la dysménorrhée, et même des maladies dites psychiatriques comme le SSPT et le trouble bipolaire.
La consommation de cannabis médicinal reste la manière la plus courante de cibler le système endocannabinoïde de manière médicinale. L‘outil le plus puissant dont nous disposons pour activer notre ECS provient de nos alliés du règne végétal. Le plus célèbre d’entre eux est le cannabidiol, ou CBD, dérivé de la plante de cannabis. Les cannabinoïdes exogènes (1), THC et CBD, sont connus pour produire une large variété d’effets thérapeutiques en interagissant avec le système endocannabinoïde. Ils sont en train de devenir un remède très couramment prescrit dans le monde. 
Le système cannabinoïde endogène «endo» (2), dont le nom vient de la plante qui a permis sa découverte, est la version améliorée d’un système de communication intercellulaire ancestral que l’on trouve également dans les plantes; le système d’acide arachidonique. L’acide arachidonique qui est un acide gras oméga-6 qui participe aux processus de signalisation des plantes et des animaux. Il régule les défenses contre les infections et la signalisation du stress chez les plantes. Il contrôle également la croissance musculaire, le cumul des plaquettes, la vasodilatation et l’inflammation. 
 
C’est un système de neurotransmission tel un programme informatique, qui se trouve dans différentes zones de notre organisme, aidant à la régulation de quelques processus métaboliques. Il est composé: 
– d’un réseau de sites récepteurs principaux CB1, CB2, GPR55 sur les membranes cellulaires. 
– d’activateurs chimiques «cannabinoïdes» (agonistes ou ligands) produits naturellement par notre corps ainsi que les phytocannabinoïdes venus de l’extérieur du corps, comme du cannabis. Ils s’insèrent dans les récepteurs comme des clés dans des serrures.
– des enzymes qui synthétisent ces activateurs ou les décomposent. 
 

Illustration du système Endocannabinoïde

Récepteurs, Enzymes et Phytocannabinoïdes

Les récepteurs 
Le système endocannabinoïde (ECS) est composé de récepteurs cannabinoïdes, de leurs ligands endogènes et des enzymes impliquées dans le renouvellement endocannabinoïde.  
Imaginez que les récepteurs cellulaires du corps sont un ensemble de serrures, chacune avec un ensemble de clés correspondantes: des molécules chimiques appelées «agonistes». Chaque fois qu’un agoniste se lie à un récepteur cellulaire, il transmet un message, en donnant une instruction à la cellule. Les récepteurs ont été trouvés sur presque tous les organes du corps humain, avec la concentration la plus élevée dans le cerveau et le système nerveux central.
Les récepteurs CB1 sont des récepteurs métabotropes (3): ce sont des protéines membranaires qui en réponse à la fixation d’un ligand changent leur conformation et activent une cascade d’événements intracellulaires. Les récepteurs de neurotransmetteurs peuvent être distingués en deux catégories: ionotropes (4) et métabotropes. 
Les récepteurs CB1 sont fortement présents dans l’hippocampe, les noyaux gris centraux, le cortex et le cervelet. Ils le sont moins dans l’amygdale, l’hypothalamus, le nucleus accumbens, le thalamus, la matière grise périapédonculaire et la moelle épinière, ainsi que dans d’autres régions du cerveau, principalement dans la région du cerveau télencéphale et diencephale. Les récepteurs CB1 sont également exprimés dans plusieurs organes périphériques. Ainsi, ils sont présents dans les adipocytes, le foie, les poumons, les muscles lisses, le tractus gastro-intestinal, les cellules ß pancréatiques, l’endothélium vasculaire, les organes reproducteurs, le système immunitaire, les nerfs périphériques sensoriels et les nerfs sympathiques.
La distribution des récepteurs CB2 est assez différente et principalement limitée à la périphérie des cellules du système immunitaire, telles que les macrophages, les neutrophiles, les monocytes, les lymphocytes B, les lymphocytes T et les cellules microgliales. Récemment, l’expression des récepteurs CB2 a également été montrée dans les fibres nerveuses cutanées et les kératinocytes, les cellules osseuses telles que les ostéoblastes, les ostéocytes et les ostéoclastes, le foie et les cellules sécrétant la somatostatine dans le pancréas. La présence de récepteurs
CB2 a également été démontrée au niveau du SNC, dans les astrocytes, les cellules microgliales et les neurones du tronc cérébral. Des preuves récentes suggèrent que le récepteur CB2 intervient dans les comportements émotionnels, tels que la schizophrénie, l’anxiété, la dépression, la mémoire et la nociception, soutenant la présence de récepteurs CB2 neuronaux ou l’implication des cellules gliales dans les comportements émotionnels. 
Il existe d’autres récepteurs en relation avec le système endocannabinoïde comme par exemple les récepteurs métabotropiques GPR55, GPR119, GPR18 et les récepteurs vanilloïdes à potentiel transitoire (TRPV). 
 
Les phytocannabinoïdes
Les cannabinoïdes végétaux sont fabriqués à partir d’acides cannabinoïdes. Après la décarboxylation, chacun des acides cannabinoïdes donne un composé cannabinoïde correspondant:  
 
  • CBGA (acide cannabigérolique) → CBG (Cannabigerol)
  • THCA (acide Δ 9 -tétrahydrocannabinolique) → THC (Δ9 – Tétrahydrocannabinol)
  • CBDA (acide cannabidiolique) → CBD (Cannabidiol) 
  • CBCA (acide cannabichroménénique) → CBC (Cannabichromene)
  • CBGVA (acide cannabigérovarinique) → CBGV (Cannabigerivarin) 
  • THCVA (acide tétrahydrocanabivarinique) → THCV (Tétrahydrocannabivarine)
  • CBDVA (acide cannabidivarinique) → CBDV (Cannabidivarine) 
  • CBCVA (acide cannabichromévarinique) → CBCV (Cannabichromevarin) 
     
Les enzymes
Les endocannabinoïdes sont des neurotransmetteurs à base de lipides – ce qui signifie qu’ils sont synthétisés à partir des graisses. Votre corps a un certain nombre d’enzymes différentes qui travaillent ensemble pour transformer les corps gras en anandamide (5) et 2-AG (6). Lorsque votre corps reçoit le signal pour produire des eCB, ces enzymes sont mises au travail.
 
 
La fonction principale du système endocannabinoïde est la régulation de l’homéostasie corporelle. Il est impliqué dans une multitude de fonctions homéostatiques et physiologiques, y compris la modulation de la douleur et de l’inflammation.De nombreux avantages physiques, psychologiques et émotionnels ont été attribués au cannabis utilisé depuis plus de 4600 ans. 
Les phytocannabinoïdes, le cannabidiol (CBD) et le delta-9-tétrahydrocannabinol (Δ9-THC) sont les extraits les plus étudiés du chanvre et de la marijuana de la sous-espèce cannabis sativa. Le principal avantage du CBD par rapport aux autres cannabinoïdes tels que le Δ9 -tétrahydrocannabinol est qu’il est dépourvu d’effets psychotropes, tout en conservant des actions analgésiques, anti-inflammatoires et autres bienfaits. Le CBD et le Δ9-THC interagissent de manière unique avec le système endocannabinoïde (ECS). Actuellement, l’utilisation du Δ9-tétrahydrocannabinol est limitée par ses effets psychoactifs et la voie d’administration prédominante (tabagisme), ainsi que par les contraintes réglementaires ou légales. 
Pour découvrir notre gamme de produits à base de CBD cliquez sur ce lien:
https://floracbd.fr/cbd/
 
1 Exogène: signifie que ce sont les phytocannabinoïdes qui viennent de l’extérieur du corps. Couramment présents dans le cannabis, comme le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). 
2 Endogène: abrev.«endo», les cannabinoïdes endogènes signifient qu’ils sont originaires de l’intérieur du corps, produits naturellement par le corps et interagissent avec les récepteurs cannabinoïdes pour réguler des fonctions basiques comme l’humeur, l’appétit, la douleur, le sommeil et d’autres. 
Métabotrope: Les récepteurs métabotropes sont des protéines membranaires qui en réponse à la fixation d’un ligand changent leur conformation et activent une cascade d’événements intracellulaires. Wikipédia
Ionotrope: Un récepteur ionotrope sensible à un ligand est une protéine membranaire qui ouvre un canal ionique grâce à la liaison d’un messager chimique ou neurotransmetteur. Wikipédia
Anandamide: L’anandamide ou N-arachidonoylethanolamide ou AEA, est un neurotransmetteur cannabinoïde endogène présent dans l’organisme des animaux comme des humains, en particulier dans le cerveau. Il est aussi présent en faible quantité dans le cacao. Wikipédia
2-AG: Le 2-arachidonoyl glycérol (2-AG) est l’autre principal endocannabinoïde produit naturellement par le corps humain. Et comme l’anandamide, il a un effet sur les récepteurs CB du système nerveux central et périphérique. 
Sources externes:
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *